Un Laboratoire de physiologie aux Saisies

Tests physios en labo

L’intérêt d’un labo de physiologie est de pouvoir faire des tests. Le problème, c’est qu’en général ces tests ne servent à rien. Mon fils de 14 ans a réalisé un test de VO2 max (réalisé dans le cadre d’un suivi longitudinal). Il a 68 de VO2 max. Et alors ?

Un test n’a de sens que s’il est au service de l’entraînement.

Voici quelques exemples:

Economie de course :

C’est un peu comme la consommation d’une voiture qui exprimée en litres utilisés par centaine de kilomètres parcourus. En ce qui vous concerne, on va mesurer votre consommation en oxygène par kilomètre parcouru. Ensuite, en fonction du résultat, on va vous proposer un certain nombre d’exercices pour améliorer votre rendement. Idéalement, on se revoit 3 mois plus tard et on réalise une autre mesure. La suite est évidente : si ça fonctionne, on continue. Si ça n’a pas fonctionné, ben…on réfléchit  Pour vous faire rêver, Paula Radcliffe a gagné 15 minutes sur marathon en améliorant son économie de course (de 2H30 à 2H15, sans améliorer sa VO2max)

La VMA

Suite à un entraînement, vous avez progressé en VMA sur le plat ou en montée. Bien, mais ces progrès viennent-ils d’une amélioration de votre capacité à consommer
de l’oxygène ou d’une amélioration du rendement (avec la même quantité d’oxygène je produis plus d’énergie mécanique) ? Un test en labo peut répondre à cette question. En fonction de la réponse, on oriente les séances à venir.

L’endurance métabolique :

A l’effort on oxyde un mélange de glucides et de lipides.teneur de ce mélange dépend de l’intensité de l’exercice, du degré d’entraînement, du régime alimentaire des jours précédents et de paramètres génétiques. Sur des activités d’endurance, un athlète capable d’oxyder un % élevé de lipides (réserves illimitées) à une intensité élevée possède un avantage certain. Nous vous proposons de mesurer votre endurance métabolique (diapo en dessous), de définir avec vous s’il s’agit d’un axe de développement prioritaire, de vous proposer un entrainement destiné à améliorer les choses et de quantifier ultérieurement les progrès avec une autre mesure.

La force (pour qu’elle soit avec vous)

De nombreuses études récentes vont dans le même sens. Les athlètes d’endurance peuvent améliorer leurs performances grâce à un gain de force. A l’aide de techniques à base d’accéléromètrie, nous vous proposons un bilan musculaire adapté à votre discipline. En fonction de ce bilan diagnostique (comme le disent les profs d’EPS), nous vous proposons des axes de travail.

La nutrition :

Même démarche, un bilan nutritionnel Nutergia/Jean Joyeux vous est proposé. Vous connaissez la suite, en fonction du résultat, nous sommes force de proposition… ou pas!

test-physiolologie